La finition dans le métier du peintre bâtiment selon le DTU 59.1

La finition dans le métier de peintre bâtiment

Selon la norme NF du DTU 59.1, les travaux d’apprêt sont la clé de la réussite à la finition du métier de peintre bâtiment et apporte une valeur ajouté d’ordre esthétique. Cependant, ils ne jouent pas forcément un rôle technique dans le système de peinture. Les travaux d’apprêt ne renforcent aucunement les qualités du feuil de peinture pour la protection des surfaces, mais ils ne doivent en aucun cas les amoindrir. 

Ci-dessous le classement progressif de l’état de finition des peintures est ainsi établi par le DTU 59.1 :  

1/ Finition C
  • Le film de peinture couvre le subjectile. Il lui apporte un coloris, mais l’état de finition de surface reflète celui du subjectile.
  • La finition est d’aspect poché.
  • Des défauts de pouvoir masquant et de brillance sont tolérés. Cette Finition est communément appelé « travaux élémentaires » Les autres finitions sont « définies par nature du subjectile ».
2/ Finition B
  • La planéité générale n’est pas modifiée. Les altérations accidentelles sont corrigées.
  • La finition B est d’aspect poché.
  • Quelques défauts d’épiderme et quelque trace d’outils d’application sont admis.
  • La finition B correspond à des « travaux courants ».
3/ Finition A
  • La planéité finale est satisfaisante
  • De faibles défauts d’aspect sont tolérés
  • Le réchampissage ne présente pas d’irrégularités
  • La finition A correspond à des « travaux soignés ».

La réception des supports

Avant de commencer les travaux d’apprêt, le peintre bâtiment doit réceptionner ses supports pour respecter le niveau de finition souhaité A, B ou C. En chantier neuf ou en rénovation la passation de chantier et la réception des supports est par conséquent primordiale et défini par le NF DTU :

Enduits de plâtre intérieurs / Planéité :
  • générale : 10 mm sous la règle de 2 m pour les enduits exécutés sans nu ni repère, 5 mm pour ceux réalisés sous nu et repère.
  • locale : 1 mm sous le réglet de 20 cm. Aplomb : 5 mm maxi sur une hauteur de 2,50 m
Cloisons en carreaux de plâtre / Planéité :
  • générale : 5 mm maxi sous la règle de 2 m. Joints : épaisseurs normales 1 à 3 mm
  • locale : sur joint : 0,5 mm au réglet de 20 cm, pas de colle rabattue autour du joint
Plaques à peindre (à épiderme cartonné) :
  • générale : 5 mm maxi sous la règle de 2 m. Joints : obligation de bords amincis.
  • locale : 1 mm au réglet de 20 cm, pas de décollement ou relief de bande
La remise du chantier au peintre bâtiment se fera suivant les conditions minimales indiquées dans l’article 4 – paragraphe 4.1 du CCS du DTU 59.1.

Les conditions atmosphériques requises pour les travaux intérieurs et pour toute finition brillante ou satinée de peinture ou de vernis sont :

  • Température supérieure à + 8°C
  • Température maximale intérieur + 21°C
  • Hygrométrie inférieure à 65% HR

(Source FFB)

En chantier neuf, si les supports ou les conditions ne sont pas satisfaisantes pour le peintre bâtiment : En d’autre termes, l’entreprise de plâtrerie en question sera tenue de rectifier les défauts d’ouvrages.

A savoir : le rattrapage des défauts de planéités peuvent être rectifié par l’application d’une ébauche d’enduit partiel par le peintre, souvent vendu au mètre carré. Mais uniquement si la dépose / repose ou le rattrapage de l’ouvrage n’est pas envisageable par l’entreprise de plâtrerie. Ou par décision du maître d’œuvre et du maître d’ouvrage pour garantir les délais de livraison du chantier. Pour garantir l’ébauche du peintre une décharge est signée en accord. Car selon le DTU le peintre ne peut, même avec les plus beaux enduits, rattraper les défauts de maçonneries et plâtrerie du bâtiment.

Après, la réception des supports effectué par le peintre. Celui-ci pourra donc mettre en application ses talents à l’ouvrage, selon l’état de finition souhaité.

La finition C comme défini ci-dessus, il est composé comme suit :

  • Egrenage
  • Révision des calicots
  • Ponçage
  • Couche de peinture d’impression
  • Couche de peinture finition

La finition B comme défini ci-dessus, il est composé comme suit :

  • Egrenage
  • Révision des calicots
  • Ratissage à l’enduit garnissant
  • Ponçage fin
  • Couche de peinture d’impression
  • Couche de peinture finition

La finition A comme défini ci-dessus, il est composé comme suit :

  • Egrenage
  • Révision des calicots
  • Ratissage à l’enduit garnissant
  • Ratissage à l’enduit fin
  • Ponçage très fin
  • Couche de peinture d’impression
  • Couche de peinture finition

Pour conclure, cet aspect technique dans la finition du métier de peintre bâtiment. J’utilise des peintures et des enduits en adéquation avec la finition attendu par le client. Car le peintre ne peut en aucun cas réaliser une finition haut de gamme avec des peintures de piètre qualité enrichie au blanc de craie.

Ecopro Peinture

Réaliser une demande de devis en ligne